Archives de catégorie : La Forêt Noire, terreau de légendes

Le Wildsee, le bien nommé.

Le Wildsee, le bien nommé.

J’aime la pluie. J’aime la pluie dans ce qu’elle a d’intime et de nourrissant, dans son potentiel à créer des moments de solitude particuliers qui forcent le repli sur soi. J’aime la pluie dans sa dimension mélancolique aussi, ce vague à l’âme qui s’ouvre et laisse couler un état de l’être plus lent et plus attentif.

Mais j’aime surtout la pluie au cœur de la nature où elle devient chantante, palpitante et magnifie les paysages, créant des univers de contes, fantasques et fantastiques. Le trésor de ces ondées est que les humains les esquivent. L’être humain n’aime pas être mouillé de façon générale. Pourtant c’est là qu’une autre dimension s’ouvre avec la nature. C’est dans ces moments, qui sont de grâce pour moi, que je peux totalement me fondre avec le macrocosme. Je suis l’herbe qui vibre, l’eau qui ruisselle de partout, chantante et joyeuse, la feuille qui s’égoutte, l’oiseau qui continue son chant au-delà du chant de l’ondée, la brume qui habille les paysages de voiles mouvants et les fougères qui chuchotent au vent leur ravissement de pouvoir s’épanouir à nouveau, repue et exaucée.

C’est donc sous une pluie continue que je suis partie explorer d’autres sentiers de la Forêt Noire.

Sarah

En ce moment, je me glisse avec plaisir dans les cartes topographiques qui s’amoncellent sur mon bureau. J’aime cette lecture particulière qui m’invite à transposer mon imaginaire au delà des courbes de dénivelés, des chemins qui se croisent et s’entremêlent, des espaces hachurés, bleutés, blancs ou noyés de vert. J’y cherche encore et toujours l’eau.

C’est la rondeur bleue et minuscule de ce lac appelé le Wildsee qui a attiré mon oeil sur la carte Kompass 877.

J’ai donc dessiné une boucle de randonnée pour découvrir ce lac d’origine glaciaire situé au cœur d’un environnement quasi intact, préservé.  Boucle d’une quinzaine de kilomètres et d’environ 500 m de dénivelé.

Sarah m’a accompagnée dans la découverte de ces nouveaux sentiers.  Comme moi, elle aime entendre chanter la nature sous la pluie.

Nous sommes parties du parking de Seibelsecke (à côté du Mummelsee), empruntant une sente en descente entre les conifères et les fougères denses pour rejoindre le ruisseau tumultueux du Kesselbach.  Une eau dorée et vive déferle sur des cailloux moussus et rebondit gaillardement sur tous les obstacles qui entravent son impétuosité.

La sente de la toute première descente menant au Kesselbach.
Le ruisseau du Kesselbach.

Le chemin suit son parcours en direction d’Hinterer Langenbach. A un moment, nous avons traversé un large pont de bois et poursuivi sur un sentier longeant un enclos de biches curieuses où trônait également un magnifique cerf.

Au hameau d’Hinterer Langenbach, la direction du Wildsee est indiquée à 5 km vers le Sud. C’est là que débute la montée. Les chemins s’élargissent. Tous sont noyés par l’eau de pluie. Nos pieds sont trempés mais peu importe. Chaque nouvelle perspective déploie une infinie de panoramas tous plus beaux les uns que les autres. Nous avons même croisé une salamandre.

C’est sur les plus hautes altitudes que les sentiers se rétrécissent à nouveau, traversés de racines noueuses et glissantes, de flaques frissonnantes sous le martèlement régulier de la pluie qui ne faiblit pas.

L’arrivée au lac est soudaine, il apparaît dans une échancrure de paysage, discret et solitaire, beauté farouche protégée par des sapins sombres à la cime noyée de brume. Nous y restons un moment savourant la plénitude de l’instant. Un abri de bois nous offre le refuge.

La remontée se fait par un sentier étroit et raide semé d’embûches et de rochers.

Quand les traces de la terre forment des cœurs…

Les hauteurs gardent les séquelles de la tempête Lothar de décembre 1999.

La pluie a cessé mais le paysage est clos par un habit de brume dense. Sur la crête, nous rejoignons une route forestière plus large où les nuances infinies des verts de l’été s’emmêlent au violet des bruyères en fleurs.

C’est par cette piste plus large que nous retrouvons le parking du départ en passant devant l’imposante Darmstädter Hütte.

Darmstädter Hütte

« chers randonneurs, faites attention à ce que vous laissez en forêt et dans la prairie. bouteilles, boites ( de conserves) et papier, nous vous le demandons, ne laissez pas ces choses ici. les emballages se laissent facilement rapporter chez vous, si son contenu se retrouve dans l’estomac. ramenez-les à la maison, jetez-le là bas, car les déchets sont en forêt ou dans la prairie au mauvais endroit. » (Merci Jean-Marc pour la traduction.)
Panneau se situant près de la Darmstädter Hütte > « Que tout ce qui a du souffle ( qui respire ), loue le Seigneur » (extrait de la Bible) « Notre pays avec sa splendeur, ses montagnes, ses campagnes, sont les témoins de ta puissance, les traces de ta bonté paternelle tout en nous adore, tu nous as fais quelque chose de Grand » – Kaspar von Greyerz- (et encore Merci à Jean-Marc pour la traduction !)
Trempées mais heureuses !

Hornberg & ses rochers aux vues romantiques

Hornberg & ses rochers aux vues romantiques

20 km – 600 m de dénivelé.

Hornberg (361 m. d’altitude) est une ville de Bade-Wurtemberg (Allemagne), située dans l’arrondissement de l’Ortenau, dans le district de Fribourg-en-Brisgau. C’était, anciennement, une gare importante de la Schwarzwaldbahn (ligne ferroviaire de la Forêt-Noire), qui la traverse en viaduc.

Vendredi nous sommes parti-e-s à six découvrir les sentiers qui jalonnent cette ville au cœur de la Forêt Noire.

Le départ se fait en prenant la direction de Reichenbach.  Aller jusqu’aux poteaux indicateurs Hornberg Postwies (suivre le losange bleu) et prendre le Gustav Mangold Weg qu’il faut suivre sur plusieurs kilomètres.

Ce fut une splendide randonnée de 20 km dans un décor digne de Caspar David Friedrich, le romantisme allemand exacerbé que j’aime !

Nous en avons pris plein les mirettes, entre les plateaux d’altitude aux champs éclatants de taraxacum ouvrant sur des vallons infinis de part et d’autre, entre des rochers suspendus à flan de colline où chaque paysage est beau à couper le souffle, dans les chemins étroits des sapinières traversées où s’est glissée la douce lumière de ce jour particulier. Nous avons même nourri des chèvres sur notre passage.

La première partie de la randonnée est une montée assez physique, à couvert, parmi d’ imposants conifères jusqu’au lieu-dit Am Krächer puis cette grimpée s’adoucit jusqu’au sommet du Windkapf à 926 m d’altitude. Des éoliennes ponctuent le paysage.

C’est après ce sommet que les vues se découvrent, au Birkenbühl, nous avons traversé un beau plateau d’altitude qui offre des panoramas de tous les côtés.

Le chemin devient plus étroit et abrupt à certains passages dans la 2è moitié de la randonnée. C’est là que se succèdent falaises, rochers et magnifiques points de vue : Rappenfelsen & Obererschlossfelsen.

Au niveau des Faierabendfelssen, des travaux forestiers ont quasiment détruit le sentier (troncs coupés, branches s’amoncelant sur la descente que nous devons emprunter). Nous persévérons. A travers les branchages, les montagnes et la lumière de cette belle fin d’après-midi découpent d’extraordinaires perspectives.

Le romantisme allemand de la forêt de « Schonwald Falkenfelsen ».

Le romantisme allemand de la forêt

de « Schonwald Falkenfelsen ».

chloeka-herta-hutte-foret-noire-octobre-2016-3

Cédrine, Jesper, Justine et moi sommes parti.e.s ce lundi 24 octobre explorer d’autres sentiers de la Forêt Noire, à l’Est de Bühlertal.

randonnee-trajet-buhlertal

Le départ se fait route L83, reliant Bühlertal à Sand (Schwarzwaldhochstraße). À la sortie de Bühlertal, il faut quitter par la droite la route L83 au niveau d’un panneau indiquant « Wasserfälle », environ 1 km après la station service OMV. Le parking est au bord du ruisseau « Wiedenbach » (377m).

chloeka-wiedenbach-wasserfalle-octobre-2016-12

chloeka-herta-hutte-foret-noire-octobre-2016-4 chloeka-wiedenbach-wasserfalle-octobre-2016-6 chloeka-wiedenbach-wasserfalle-octobre-2016-5

Le début de la randonnée remonte le long des Gertelbach-Wasserfälle situées entre d’imposantes formations rocheuses et de nombreux ponts et passerelles qui surplombent sur env. 350 m de haut la source en dessous de Hundseck. C’est là que nous entrons dans un paysage romanesque à souhait. Les ponts sont parfois des passerelles suspendues et l’eau ruisselle partout entre les rochers moussus et des arbres gigantesques où l’automne a commencé son œuvre dorée. Des escaliers en pierre jalonnent le parcours. Nous montons ainsi, émerveillé.e.s,  pendant 2,5 km.

chloeka-wiedenbach-wasserfalle-octobre-2016-11 chloeka-wiedenbach-wasserfalle-octobre-2016-4chloeka-ober-plattig-village-dans-la-boucle-octobre-2016-2

Le chemin se poursuit sur un joli sentier bien nommé « paradiesweg » et nous mène dans un lieu-dit hors du temps : Ober Plättig à 775 m. d’altitude.

chloeka-ober-plattig-village-dans-la-boucle-octobre-2016-4 chloeka-ober-plattig-village-dans-la-boucle-octobre-2016-3 chloeka-ober-plattig-village-dans-la-boucle-octobre-2016-5Un immense hôtel semble abandonné. Une porte colossale à la poignée en forme de chouette aux yeux ambrés reste close sur notre curiosité.

Une chapelle est lovée dans un écrin de verdure juste à côté de l’hôtel. Une luxueuse clinique (qui semble être également un hôtel dans le lien que j’ai trouvé) ressemblant à un établissement thermal du début du XXè siècle surplombe un panorama grandiose ouvrant sur la vallée du Rhin et une mer de nuages.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-13Nous poursuivons notre chemin vers d’autres points de vue par un sentier balisé losange bleu. Des cairns posés sur des troncs coupés nous rassurent sur la trajectoire à suivre.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-5 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-3

La journée est exceptionnellement douce et les nuages sont restées accrochés au creux de la vallée. Les couleurs dorées de la nature s’emmêlent aux verts encore très présents dans les collines boisées. A l’un des points de vue nous rencontrons un être exceptionnel qui partagera quelques minutes de notre temps pour notre plus grand ravissement : une salamandre !

chloeka-herta-hutte-foret-noire-octobre-2016

Nous continuons ensuite vers la Hertahütte, jolie cabane de bois posée sur un promontoire rocheux où nous décidons de déjeuner.

La vue se déploie sur la forêt de „Schonwald Falkenfelsen“ composée de vieux hêtres témoins de ses origines et de quelques épineux. Elle laisse apparaître des versants rocailleux marqués par la présence de granit des vallées de la Forêt-Noire. Les rochers s’échelonnent tout le parcours. Falkenfelsen signifie « Rocher du Faucon », car le faucon pèlerin que l’on trouve encore dans la forêt du « Schonwald » a fait de ces prestigieuses masses rocheuses son territoire de chasse.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-32 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-9chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-2Nous retrouvons le Gertelbach Rundweg pour le retour. La forêt continue son enchantement. Les champignons jalonnent les sentiers.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-37 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-24 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-22Le vert du feuillage des hêtres est encore intense et, parfois, une rafale venteuse vient secouer les branches , alors une pluie de feuilles dorées tombent en tourbillonnant autour de nos regards charmés.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-35 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-34Des châtaigniers sont aussi présents, nous offrant des poignées pleines de leurs fruits matures.

chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-36 chloeka-hertahutte-buhlertal-octobre-2016-41

 

Les sentiers où vivent les fées du Badener Höhe.

• Les sentiers où vivent les fées du Badener Höhe •

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-56

Je vous invite à une randonnée  sur des sentiers habités par des fées cotoyant deux lacs, le Schwarzenbach et le Herrenwieser See, ainsi que le Badener Höhe, l’un des principaux sommets de la Nordschwarzwald à 1002 m. d’altitude où une tour permet d’apprécier une vue dégagée à 360°.

J’avais découvert ce plateau sommital à la fin de l’hiver avec encore de magnifiques paysages enneigés et je l’ai raconté sur mon blog > !

carte-rando-du-2-octobre-2016-badener-hohe0001

Cette découverte est sans difficulté majeure : moins de 400m de dénivelé et 19 km sur une majorité de larges chemins bien balisés.

Le départ se fait au parking situé au barrage du Schwarzenbach-talsperre, à côté de la route départementale L83.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-6 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-3

Immédiatement, nous empruntons le passage sur le barrage pour suivre le losange bleu qui va nous conduire le long de la berge Nord du lac. Les chemins sont larges et agréables. L’eau du lac est impressionnante de transparence. Deux kilomètres plus loin nous entamons notre montée (losange rouge) vers le sommet en passant par le Herrenwieser See.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-13 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-14 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-15

Des ponts de pierre racontent des histoires sorties des livres de contes, l’eau chante partout, la mousse fait de jolis tapis verdoyants au cœur des sapinières. La lumière d’automne est particulièrement belle dans cette apothéose de verdure encore baignée de l’énergie de l’été.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-18

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-16

Après une première montée un peu sportive mais courte, nous arrivons au Herrenwieser See, magnifique et très ancien lac glaciaire, formé il y a env. 120 000 à 60 000 ans, bordé d’une fragile zone de tourbière, écrin bleuté dans les premières rousseurs des fougères.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-24
Au loin pointe la tour du Badener Höhe.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-22

La montée se poursuit sur des sentiers entrelacés de racines, bien balisés où des cairns nous rassurent quand même sur le chemin à suivre !

Au sommet, à 1002m., nous posons nos sacs à dos pour savourer la vue extraordinaire qui se déploie du haut de la tour panoramique, fouettée par les vents, ouverte sur les sommets infinis de la Forêt Noire et sur la vallée du Rhin.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-41b chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-44

La descente se fait sur l’autre flan de la colline, toujours par le balisage losange rouge.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-53
Nos ombres contemplatives !

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-46 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-48 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-50 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-52

Au premier croisement nous avons emprunté le mauvais chemin. Nous devions suivre le losange jaune mais il est indiqué sur plusieurs sentiers. Nous sommes parti.e.s sur le mauvais mais quelle belle découverte. C’est une piste entre fougères et sapins, à flan de montagne avec, par moment, des vues à couper le souffle et une lumière rasante qui poétise toute la forêt. Assez vite, j’ai compris que nous n’étions pas sur notre sentier de retour. Nous avons rebroussé chemin et récupéré la bonne route qui nous a conduit jusqu’à Herrenwies, village niché au creux de la vallée.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-64
Quand l’arbre s’enracine dans la roche…Règne du végétal et du minéral où je puise mon souffle de vie ❦ Merci Dame Nature.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-62 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-63 chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-61

Tout au long de la descente, des panneaux indiquent le bon chemin et marquent des endroits où d’étranges « lunettes de bois » nous invitent à observer la nature d’un autre point de vue.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016

Un immense banc nous a accueilli.e.s.

Après le village, nous avons continué le long d’une très belle route forestière (balisage losange bleu) qui nous a ramené sur les rives du Schwarzenbach que nous avons contourné par le Sud cette fois-ci.

chloeka-badener-hohe-foret-noire-octobre-2016-30d

« Vastes Forêts, Forêts magnifiques et fortes,
Quel infaillible instinct nous ramène toujours
Vers vos vieux troncs drapés de mousses de velours
Et vos étroits sentiers feutrés de feuilles mortes ?

Le murmure éternel de vos larges rameaux
Réveille encore en nous, comme une voix profonde,
L’émoi divin de l’homme aux premiers jours du monde,
Dans l’ivresse du ciel, de la terre, et des eaux.

… »

{Albert Samain ~FORETS}

 

 

 

 

 

Que chante l’eau vive ! Todtnauer Wasserfall

°° Que chante l’eau vive ! Todtnauer Wasserfall°°

 

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-8

Un samedi de juillet, randonnée programmée entre ami.e.s pour découvrir les chutes d’eau les plus hautes d’Allemagne (97 m.), alimentées par le Stübenbach prenant sa source sur les chaumes du Stübwasen à 1386 m. d’altitude. Ancien passage du glacier du Hochtal qui se déversait dans le glacier principal du Wiesental. Protégé depuis 1987, il s’agit d’un des plus remarquables sites naturels d’Allemagne.

Le circuit de cette randonnée comprenait la découverte des Todtnauer Wasserfall mais aussi des chaumes d’altitude du Stübwasen avec un dénivelé de près de 700 m.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-58

Nous sommes parti.e.s, vaillant.e.s, à 9 dans la matinée. Le départ se fait en bas de la cascade. Le premier sentier nous a conduit.e.s dans la périphérie de Todtnau où nous avons découvert un extraordinaire jardin pour enfants des bois.

Le jardin pour enfants des bois.
Le jardin pour enfants des bois.

Le chemin s’est poursuivi jusqu’à un surprenant monument aux morts de la Grande Guerre, glaive immense dressé sur un promontoire tel un phallus symbole de toute la puissance destructrice guerrière des hommes.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-11C’est à partir de là qu’a débuté une rude montée traversant le flan de la montagne et découvrant par endroit de beaux panoramas.

Les chemins sont jalonnés de « Hutte », de sources, d’eaux chantantes et vibrantes où, parfois, l’humain bienveillant a aménagé des seaux pour abreuver les animaux de compagnie.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-10
Lancez le seau dans le ruisseau et le récupérer grâce à sa chaine pour donner à boire à votre animal de compagnie ! Ingénieux !

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-43 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-35 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-32Ils ouvrent au détour d’une montée sur de fabuleux paysages de montagne.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-14 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-17 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-13Et sur des arbres transformés en panneaux indicateurs où le tronc a été creusé pour y mettre une vierge protectrice des « angoissé.e.s de la montagne ».

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-38Les Allemands aiment aussi, au cœur de la nature, déposer des « kiosques en libre-service » où acheter des cartes postales de ce lieu exceptionnel ou des objets fabriqués maison. Ici la confiance règne et c’est bien agréable ♥

chloeka- Todtnau Wasserfall juillet 2016 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-72La pose repas se fera au Berger Höhe, entre un croisement de sentiers et quelques chevaux curieux et pour le plus grand soulagement d’Athéna qui inaugure sa première longue randonnée.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-39 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-15La montée se poursuit sur une pente plus douce et un chemin large et très agréable.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-45Et nous arrivons au Stübenwasen (1386 m.) avec ses chaumes d’altitude et ses panoramas admirables où Romain affine sa dextérité à manier la perche photographique, où nous nous posons pour rire, savourer l’instant, prendre encore des photos, nous reposer en comptant nos tiques récoltées !

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-2 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-3 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-4 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-46 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-47 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-49A partir de là s’entame la descente avec des vues incroyables sur Todtnauberg et ses villages en creux de vallée.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-63 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-57 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-67Le chemin est jalonné d’un parcours « éducatif » de champignons en bois (parfois surprenants !), de jeux en lien avec la nature et de chaises, fauteuils pour admirer les paysages traversés.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-60
Nous avons été interpelé.e.s par ce champignon plutôt joyeusement vaillant mais il semblerait que son exubérance soit un vers ! A bon entendeur…
chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-66
NON Romain ! Ne saute pas !
chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-70
Le banc aux amoureux.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-61 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-59 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-69 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-68 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-7 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-6 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-5

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-71Évidemment nous avons tout testé (sauf le vers du champignon !).

La descente s’est égrenée de pauses méritées.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-55 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-56 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-64La flore est également exceptionnelle tout au long de ce parcours, orchidées à profusion, reine des prés, laitue des Alpes, lupins aux couleurs variées…

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-54 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-53 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-50 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-44 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-41 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-40chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-51Le parcours s’achève par les cascades dont nous accompagnons la joyeuse chute en traversant des ponts aménagés et en empruntant des chemins balisés.

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-75 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-74 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-73 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-18 chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-16Cinq heures de marches, de belles pauses, une lumière du soir rasante accueille notre dernier parcours, un paysage sorti tout droit des villages de hobbits (comme le constatera Peggy).

chloeka- Randonnée Todtnau Wasserfall- 16 juillet 2016-76Nous sommes repu.e.s et heureux/ses.

Romain photo Todtnauer Wasserfall juillet 2016
Gwennaëlle, Sylvia, Stéphane, Chloé, Athéna, Peggy, Rabie, Sébastien la raclure, Romain {et merci à Romain et à sa perche !}.

« Seul le présent est, l’avant et l’après ne sont pas ; mais le présent concret est le résultat du passé et il est plein de l’avenir.

Le Présent véritable est, par conséquent, l’éternité.

M. Heidegger (qui a vécu & aimé ses paysages).

 

 

Dans les nuages de Kappelrodeck

Dans les nuages de Kappelrodeck ◦•●◉✿

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016

Samedi, Anne-Cécile, Jamila et moi sommes parties à la découverte du vignoble et des bois autour de Kappelrodeck, petite bourgade allemande du Bade Wurtemberg nichée au creux de la Forêt Noire.

Le temps était lourd et orageux.

chloeka- Randonnée à Kappelrodeck en Forêt Noire- juin 2016-16

Nous sommes montées par un sentier raide qui offrait par endroits de magnifiques vues sur la vallée du Rhin et la plaine d’Alsace au ciel d’orage.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-2

Au premier sommet, les hauts et majestueux sapins ont très vite été happés par une brume annonciatrice d’averses. L’ambiance a totalement changé. La température a baissé soudainement et nous avons enfilé nos vestes et capes de pluie.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-6chloeka- Randonnée à Kappelrodeck en Forêt Noire- juin 2016-14

Une grain dense s’est mise à tomber, purifiant l’air et donnant à la forêt des allures de paradis tropical.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-18

C’est toujours à ce moment là que chacun.e se pose la question de ce qu’il ou elle  traverse. Soit nous pestons de toute cette humidité (car très vite nous avions les pieds, les jambes et le visage trempés), soit nous décidons que c’est l’aventure et nous nous concentrons sur les extraordinaires palpitations de la nature quand la pluie ruisselle et fait chanter les feuillages. Entrant aussi dans une intimité particulière où nous traversons ces paysages en silence, attentives à eux et à nos émotions profondes.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-27

Avec la chaleur des jours passés entrecoupée d’orages réguliers, l’eau a nourri la terre et les plantes se sont épanouies irradiant une fantastique énergie.

chloeka- Randonnée à Kappelrodeck en Forêt Noire- juin 2016-10

Les panoramas aperçus dans les trouées de la forêt déployaient des figures fantasques et brumeuses sorties des contes et légendes nourrissant cette Forêt Noire.

chloeka- Randonnée à Kappelrodeck en Forêt Noire- juin 2016-11 chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-21

Nous nous sommes un peu égarées. Jamila découvrait pour la première fois les sentiers de ce relief montagneux. Sacré baptême pour elle ! Courageusement, elle a traversé les éléments.

chloeka- Randonnée à Kappelrodeck en Forêt Noire- juin 2016-3

Sur le chemin du retour, les fameux bars en libre service des distilleries de la Forêt Noire (tradition locale) nous ont permis de nous désaltérer avec un jus de fruit local.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-36

chloeka- schnapsquelle à Kappelrodeck juin 2016

De chouettes chiens nous ont aussi accueillies et fait la fête.

Nous sommes rentrées purifiées, heureuses…et incroyablement vivantes.

chloeka- randonnée Foret Noire Kappelrodeck- juin 2016-29

 

« Nuages,
Mirages,
Vivants. »

 

Georges Jean,
« Écrit sur la page », Gallimard, 2013.

 

Les brumes du Brandenkopf

   Oº°‘¨  Les brumes du Brandenkopf   ¨‘°ºO

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-36Ce mois de juin est marqué par des épisodes pluvieux plus ou moins violents et une indiscutable douceur de l’air ce qui met en joie la végétation locale, luxuriante à souhait.

La pluie ne me rebute pas pour explorer les montagnes proches, bien au contraire ! Elle crée une atmosphère fantastique où chaque élément vivant palpite dans toute sa minéralité.  C’est puissant et extrêmement intime. Les humains fuient pour la plupart ces temps pluvieux et, du coup, celui qui ose y pénétrer entre dans un univers de contes et de légendes sorti d’épopées ancestrales, un moment rare et précieux où les émotions peuvent s’exalter dans une union parfaite avec tous les éléments.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-33

Un moment de grâce absolue.

Dimanche, nous avons été trois courageu.ses.x à affronter la grisaille programmée pour découvrir le plus haut sommet de la Forêt Noire centrale, le Brandenkopf, et nous sommes revenu.e.s…enchanté.e.s !

Il culmine à 933 m., nous sommes parti.e.s à sa découverte à partir du joli village pittoresque d’Oberharmersbach.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016

Une pluie torrentielle tombait quand nous sommes sorti.e.s de la voiture.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-2

En 10 minutes, un ciel d’éclaircies l’a remplacée. Les cieux et leurs humeurs sont fantasques et créent des atmosphères frissonnantes et lumineuses. L’ombre et la lumière nourrissent la nature et la rendent vibrante.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-18

La montée est en continu à travers des prairies dégagées et des chemins forestiers larges parsemés de petits abris en bois.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-3chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-38

Au sommet, il y a des éoliennes fantomatiques, un restaurant, une tour de 33 m datant de 1929 qui offre un panorama abrité sur les montagnes voisines mais…nous étions dans le nuage.

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-32 chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-35

Alors, nous avons ôté nos capes de pluie et savouré notre repas. J’avais emporté la mousse au chocolat végane de mon restaurant favori, éthique, strasbourgeois, Vélicious. Elle a parfaitement supporté le transport dans mon sac à dos, juste protégée par un sachet (l’emballage est en amidon de maïs donc compostable) !

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-10 chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-11 chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-9 chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-12

Sur le chemin du retour, la forêt s’est ouverte sur de grandioses panoramas où les nuages tutoyaient les montagnes.

Merci Sarah & Yannick pour avoir partagé ces émotions ♥

chloeka- rando au Brandenkopf-juin 2016-23

En forêt

[…]
Un vent d’été, qui souffle on ne sait d’où,
Erre en rêvant comme une âme de fou ;

Et, sous des yeux d’étoile épanouie,
La forêt chante avec un bruit de pluie.

Parfois il vient des gémissements doux
Des lointains bleus pleins d’oiseaux et de loups ;
[…]

Germain Nouveau (1851-1920)

 

 

 

La Forêt Noire enneigée « Le Badener Höhe »

Nordschwarzwald enneigée « Badener Höhe »

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-18

Ce samedi matin, le ciel était lumineux, d’un beau bleu intense et pur, belle invitation pour explorer mes montagnes proches aux sommets encore enneigés.  A une heure de route, au Nord-Est de Strasbourg, se trouve le Badener Höhe, l’un des principal sommet de la Nordschwarzwald, culminant à 1002 m.

Nous sommes donc parties à cinq humaines et un chien, motivé.e.s et excité.e.s à l’idée d’aller marcher dans la neige (qui fut rare, en plaine, cet hiver).

Randonnée à priori facile (nous avions omis que les pentes pouvaient être verglacées !) faisable en 3h, avec un dénivelé de 260 m. Elle se trouve dans le livre de Dominique Schuller : « 40 randonnées pour découvrir la Forêt Noire« .

Randonnée Sand Foret Noire

Le départ de la randonnée se fait dans la montée vers Sand, après Bülherthal, à côté d’un immense hôtel aux balustrades en bois décorées de cœurs qui ne semble plus faire fonction d’hôtel d’ailleurs.chloeka- Badener Höhe Sand - fév 2016Dès le départ la neige est présente, éblouissante dans la magnifique lumière de cette journée.

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-7chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-3Nous montons vers le sommet et la Friedrichsturm par de larges sentiers agréables.

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-5

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-8Arrivé.e.s à 1000 m d’altitude, c’est un plateau sommital, en partie dévasté par des tempêtes, qui nous accueille avec la « fameuse tour » (Friedrichsturm)  qui offre une vue incroyable sur les forêts et massifs environnants et jusqu’aux Vosges. « C’est une tour en grès rose de 30 mètres de hauteur. Située sur le point haut de la commune de Baden-Baden, la première pierre fut posée le 09 juin 1890 et la tour inaugurée le 05 octobre 1891. Son accès est libre tout au long de l’année pour une vue panoramique ».

C’est ensuite que ça se complique, la descente vers le Herrenwieser See (829m) est difficile car le chemin est étroit, sinueux, escarpé et rocheux, rendu dangereux par une neige verglacée. Du coup, notre balade va prendre plus de temps que prévu !

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-25chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-26chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-27

Elle n’en reste pas moins splendide ! C’est un décor de conte, une féérie romantique qui s’ouvrent devant nous. chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-28

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-34
Barrage de Schwarzenbach.

Cette descente nous mène vers un magnifique et très ancien lac glaciaire, encore en partie gelé, bordé d’une fragile zone de tourbières : le Herrenwieser See. C’est là que nous faisons notre pause goûter.

Le retour se fait à nouveau par de larges chemins forestiers où nous croisons une zone de tours de pierres de randonneurs.

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-44Puis nous traversons un village éparpillé au creux d’une vallée où nous découvrons de magnifiques vaches aux poils longs avec une paire de longues cornes dressées en l’air : des highlands.

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-39 chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-38

Au milieu du champ trône une énorme statue de Bouddha !

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-35Le dernier kilomètre se fait en traversant des sapinières encore blanchies baignées par la lumière extraordinaire de ce samedi.

chloeka- Randonnée en Forêt Noire autour de Sand- fév 2016-2

❉❉❉

Ce matin,
Il y avait
Des milliers
De diamants
Dans les champs.

Les gens ont dit :
“C’est la gelée.”

Mais moi
Je sais bien
Que c’est la lune
Qui a fait craquer
Tous ses colliers.

{Anne-Marie Chapouton}

Les larges sentiers de Bad Peterstal

Bad Peterstal, de l’autre côté du Rhin, au cœur de la Forêt Noire centrale, offre de beaux parcours de randonnées. A peine à une heure de Strasbourg, le dépaysement est garanti.

Nous sommes partis à six, par un matin lumineux, le 11 novembre, jour férié en France pour 5 bonnes heures de marche.

Tout le parcours est essentiellement sur de larges sentiers que bordent de majestueux pins. Une partie de la randonnée est même sur une route peu empruntée qui mène aux altitudes plus élevées.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-64
Bad Peterstal, le départ.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-62 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-56

On longe la vallée où se niche Bad Peterstal par des prairies d’altitude, des fermes, des pâturages et quelques hêtraies légères.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-65

Le circuit est jalonné de fontaines. La région produit d’ailleurs une excellente eau de source > l’eau minérale PETERSTALER.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-60 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-61

La première partie du parcours mène, au bout de 5 km,  à la Haberer Turm à 691 m., tour en pierres de taille de granit rose qui offre une vue panoramique sur toute la région.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-43chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-42 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-40 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-39

C’est au pied de la tour, sur les bancs qui agrémentent la colline, que nous avons pique-niqué.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_
Irina, Virginie, Thomas, Chloé, Lucile et Sébastien.

La majorité des feuillus ont perdu leur parure d’or. Seuls les pins habillent encore le paysage de leur vert sombre.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-34 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-44

Nous sommes redescendus vers Bad Griesbach, village isolé, terminus d’une ligne de chemin de fer au creux des collines boisées, qui semblait vidé de ses habitants.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-31
Les toilettes de la gare. Les hommes ne sont pas concernés par cette affaire !
chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-32
Terminus.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-30

Nous avons un peu hésité sur la suite du chemin à prendre. C’est à cet endroit qu’il faut emprunter la route goudronnée pour monter vers Martinshof.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-27

Nous nous sommes posés dans l’herbe des hauteurs pour savourer le soleil et la lumière après la montée plutôt physique.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-25 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-24

De vastes fermes composent le lieu-dit, dont une qui fait un élevage de daims 🙁

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-18

Le chemin se poursuit encore sur deux collines avant de redescendre vers Bad Peterstal où la lumière de fin d’après-midi faisait un décor chatoyant à la forêt traversée et aux vallées découvertes.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-2

D’étranges sculptures en bois jalonnent le chemin, têtes humaines, chouettes, qui tiennent compagnie à des calvaires et des crucifix.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-10 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-14 chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-9Nous avons savouré de délicieuse pommes glanées sur le parcours.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-4

La Forêt Noire est habitée par les humains qui veillent sur elle et la préservent mais aussi par tous les êtres fantastiques qui peuplent ses contes et légendes et maintiennent nos âmes d’enfant éveillées.

chloeka- randonnée Bad Peterstal en Foret Noire nov 2015_-17

 

L’automne sur les chemins de Riersbach

L’automne sur les chemins de Riersbach

chloeka- Rando à Riersbach avec Malili- octobre 2015-10Profiter des couleurs flamboyantes de l’automne et d’une végétation qui vit ses dernières vibrations avant le silence de l’hiver.
En ce moment, j’aime franchir le Rhin pour me plonger dans les bois profonds de la Forêt Noire.
chloeka- Rando à Riersbach avec Malili- octobre 2015-29 chloeka- Rando à Riersbach avec Malili- octobre 2015-30 Aujourd’hui, c’est Liliane qui m’a accompagnée sur ces nouveaux sentiers dans un décor d’épineux sombres, de feuillus gorgés d’ors et de cieux lourds de promesses humides.
chloeka- Rando à Riersbach avec Malili- octobre 2015-7Nous étions à Riersbach, au sud d’Offenburg, et au cœur de riches pâturages et de monumentales fermes-auberges.