Archives de catégorie : Expos

Les CEREALES ANCIENNES

EXPOSITION ✶ Les CEREALES ANCIENNES ✶

à   La Bäckerstub
dans le cadre du Faubourg des Créateurs.

pour sa 4ème édition

du samedi 30 septembre 2017 au dimanche1er octobre 2017

de 10h à 18h.

Conservatoire-de-céréales-anciennes-Seebach-Ferme Aux Sept Grains-emmer-noir

Le Faubourg des créateurs, c’est quoi  ?
> Un projet, né en 2014 d’une rencontre entre des artistes et des artisans du quartier, qui a pris de l’ampleur d’année en année et qui est devenu un temps fort de la vie du quartier.
> Une initiative originale et novatrice dans le quartier du Faubourg de Pierre avec un parcours artistique du Samedi au Dimanche de 10h à 18h,
et des animations et performances en live ouvertes à toutes et tous.

Le plan pour visiter tous les lieux qui accueillent un ou une artiste.

La Bäckerstub,  boulangerie bio située Place Clément (à côté des Halles) à Strasbourg, m’a donc conviée à exposer mes photos de céréales anciennes que j’ai glanées dans les champs de La Ferme Aux Sept Grains et ceux de Remi Jung. meunier et céréalier au Moulin de la Waldmuhle. Ce qui tombe bien puisque ce céréalier est l’un des fournisseurs de la Bäckerstub !

Les céréales anciennes, oubliées au profit de l’agriculture intensive, sont un retour aux sources de ce qui est essentiel.

Pourquoi les remettre à la lumière ? Parce qu’elles sont sans contexte notre part d’avenir ré-humanisée dans le respect de toutes les productions de la Terre.

L’exposition durera tout le mois d’octobre et se prolongera en novembre.

Conservatoire-de-céréales-anciennes-Seebach-Ferme aux Sept Grains- Petit épeautre.

 

˒՚Sՙ˓˒՚iՙ˓˒՚mՙ˓˒՚pՙ˓˒՚lՙ˓˒՚iՙ˓˒՚cՙ˓˒՚iՙ˓˒՚sՙ˓ ˒՚Hՙ˓˒՚eՙ˓˒՚rՙ˓˒՚bՙ˓˒՚aՙ˓˒՚eՙ˓

˒՚Sՙ˓˒՚iՙ˓˒՚mՙ˓˒՚pՙ˓˒՚lՙ˓˒՚iՙ˓˒՚cՙ˓˒՚iՙ˓˒՚sՙ˓ ˒՚Hՙ˓˒՚eՙ˓˒՚rՙ˓˒՚bՙ˓˒՚aՙ˓˒՚eՙ˓

ou les vertus de quelques plantes médicinales locales.

♥ EXPOSITION HIVERNALE à VELICIOUS

43 rue Geiler à Strasbourg

chloeka-exposition-simples-locales-et-libres-velicious-dec-2016

à découvrir au 1er décembre 2016

Cet automne et cet hiver, j’ai décidé d’égrener des instants gourmands et vivants de mon printemps et de mon été dans une exposition consacrée à nos belles simples libres et locales.

Les Simples ou Simples médecines (simplicis medicinae ou simplicis herbae selon ses appellations latines) était le nom donné au Moyen Âge aux plantes médicinales.

Ces plantes jalonnent nos sentiers, s’épanouissent dans nos bois & prairies et osent, parfois, s’aventurer jusque dans nos jardins et gazons. Les courageuses qui font ce choix se font alors mal nommées « mauvaises herbes ». Aucune herbe n’est mauvaise et toutes ont un rôle bien particulier dans l’écosystème. Elles appartiennent à un biotope qui est l’essence même de ce qui nous permet de vivre. Elles se distinguent par une teneur élevée en substances précieuses. Le savoir-faire entourant la connaissance et le ramassage des simples est reconnu par l‘Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

 

Je vous propose donc , dans cette exposition, de découvrir huit de ces belles libres locales.

chloeka-exposition-simplicis-herbae-a-velicious-nov-2016-7 chloeka-exposition-simplicis-herbae-a-velicious-nov-2016-5 chloeka-exposition-simplicis-herbae-a-velicious-nov-2016-3 chloeka-exposition-simplicis-herbae-a-velicious-nov-2016

 

Ma bibliographie sommaire (et essentielle) :

Pierre Lieutaghi, Le livre des bonnes herbes, Actes Sud, 1996.

S.G. Fleischhauer, J. Guthmann & R. Spielgelberger, Plantes sauvages comestibles, Editions Ulmer, 2012.

Grey-Wilson, Fleurs sauvages, Larousse, 2011.

La formidable équipe de Vélicious engagée dans l'alternative végétale !
La formidable équipe de Vélicious engagée dans l’alternative végétale !

 

Mon calendrier de l’Avent

MON CALENDRIER DE L’AVENT

 • EXPOSITION à Vélicious, restaurant 100% végétal,

43 rue Geiler à Strasbourg- décembre 2015 •

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-38

C’est quoi un calendrier de l’Avent ?

C’est un calendrier qui dévoile progressivement des surprises, au fil des jours du mois de décembre.
Le temps de l’Avent (du latin adventus, « venue, avènement ») s’ouvre le 4e dimanche précédant Noël. C’est une période où les Chrétiens se préparent à célébrer la venue du Christ.
Les calendriers de l’Avent sont nés en Allemagne au XIXè siècle. On donnait des images aux enfants pendant cette période.
Ces images vont devenir de plus en plus somptueuses à partir des années 1850. Elles prennent des couleurs, de l’or, de l’argent, du relief, des dentelles de papier… Elles sont parfois même éditées sous forme de triptyques, avec des volets à ouvrir pour découvrir le dessin central. De cette idée d’images masquées à celle du calendrier de l’avent, il n’y avait plus qu’un pas.
Au lieu de distribuer les images une par une tous les jours, on a donc l’idée, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de les cacher dans un calendrier de vingt-cinq cases. L’enfant peut ainsi ouvrir ces petites portes de papier et découvrir chaque jour une nouvelle image à partir du 1er décembre. Une façon de tromper l’attente jusqu’au 24 décembre et de souligner tout le mystère de la nativité. Et, le jour de Noël, c’est bien sûr l’image la plus belle qui est dévoilée devant les yeux émerveillés des petits.
En 1908, Gehard Lang, éditeur de livres médicaux à Munich, est le premier à commercialiser un calendrier composé de petits dessins colorés reliés à un support en carton. En 1920 est commercialisé le premier calendrier de l’Avent avec des petites portes ou fenêtres à ouvrir. En 1958 apparaissent les premières surprises en chocolat.
Au XIXe siècle et pendant la plus grande partie du XXe siècle, le calendrier de l’Avent n’est présent qu’en Allemagne et en Alsace. Si les sapins de Noël alsaciens se diffusent largement en France après la Seconde Guerre mondiale, il faut attendre les années 1990 pour que les calendriers de l’Avent commencent vraiment leur percée, dans le sillage des marchés de Noël qui se multiplient.

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-7

Pourquoi une exposition « calendrier de l’Avent » ?

Évidemment, quand on connaît l’histoire des calendriers, mon exposition prend tout son sens et s’ancre dans une tradition locale. De plus Vélicious, le restaurant 100% végétal qui l’accueille, est adhérent au Stück (« morceau » en alsacien) la monnaie locale complémentaire de Strasbourg mise en circulation le 3 octobre. L’association éponyme, en partenariat avec la banque NEF (Nouvelle économie fraternelle) et le Crédit Municipal ont concrétisé ce projet né d’une initiative citoyenne en juin 2012. Le Stück n’a pas vocation à remplacer l’euro. Son objectif est de favoriser les échanges locaux, grâce à cette monnaie qui n’a pas cours au-delà des frontières de l’Alsace. Selon les porteurs du Stück, elle a « été créée pour circuler, l’euro pour s’accumuler ».

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-36

Ensuite, ces calendriers sont reliés à notre enfance et au merveilleux des surprises. J’ai fait le choix de ne pas entrer dans la consommation de masse et de n’utiliser que des objets recyclés pour concevoir les contenants du calendrier. Étant abonnée au Monde et à Causette, je me suis servie de ces journaux pour penser et créer mes « enveloppes », j’ai aussi utilisé plein de papiers qui remplissent mes tiroirs, de vieux rubans, des bouts de tissus…
L’essentiel de mon travail est la photographie et mon regard sur la nature. Je voue une tendresse particulière à l’univers végétal qui me nourrit dans tous les sens du terme puisque je ne consomme rien d’origine animale.

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-31

J’ai donc mis en scène mes photos avec des « citations dérobées » que j’ai tirées en cartes postales. Évidemment, chaque citation est porteuse de sens. Je renoue ainsi avec la tradition ancienne qui révélait des phrases de l’Evangile dans les premiers calendriers de l’Avent.
J’ai constitué mon évangile à moi, rattaché à la Terre et à l’Univers.
Chaque enveloppe est aussi porteuse de sens. J’ai choisi avec soin les mots ou images qu’elles allaient montrer. Je m’inscris dans une démarche laïque, ouverte sur le monde et sur la communion entre les humains.
Les événements récents et violents que traversent la France et le monde m’ont aussi amenés à prendre position pour plus d’universalité.
Dans mon quotidien (et donc dans ce calendrier) je dénonce aussi plusieurs formes de discriminations. A vous de les « dénicher » 🙂

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-13

Enfin, Il y a plus d’une dizaine d’années, une amie, Anne-Christine, est venue chez moi, une veille de 1er décembre, m’apportant un calendrier de l’Avent conçu par ses « petites » mains et personnalisé. J’ai trouvé cela génial. Depuis, chaque année, je perpétue cette extraordinaire surprise autour de moi. Je réalise une dizaine de calendriers de l’Avent personnalisés.

Donc MERCI Anne-Christine de m’avoir apporté ce flambeau que je relaye depuis avec persévérance et beaucoup de joie.

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-12

Je finirai par l’étymologie du mot religion. Ce mot a d’ailleurs deux sources intéressantes : relegere qui signifie cueillir, rassembler, et religare signifiant lier, relier.
Mon calendrier a cueilli et rassemblé des images et des mots au-delà des divisions et des discriminations, il est là pour nous relier à l’essentiel, la nature, à qui nous devons notre existence.
Dans ce sens, le mot religion me parle. C’est Victor Hugo qui disait dans Les Misérables : « Nous sommes pour la religion contre les religions. » [éd. J. Hetzel et A. Quantin, 1882, partie II, chap. 8, p. 392].

•••

Chaque carte postale sera proposée à la vente : 3€ et celle du 25 décembre : 10 €. Les bénéfices de cette vente seront reversées intégralement à l’association locale (et oui encore du local !) de défense des animaux : ANIMALSACE.

chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-9chloeka- expo calendrier de l'Avent velicious- déc 2015-33

L'extraordinaire mousse aux fruits exotiques de Velicious, une tuerie végétale !
L’extraordinaire mousse aux fruits exotiques de Velicious, une tuerie végétale !

Entrez dans la danse !

LE 1 > Nous entrons dans la danse de cet évangile universel par un paysage de falaises des Cornouailles. La Nature comme ouverture sur nos pensées de Noël, cette nature qui est un paradis terrestre et où l’humain doit y apprendre l’humilité pour s’adapter. La carte postale l’accompagnant reprend une citation d’Henry Miller [Le Cauchemar climatisé (1945)] qui nous le rappelle, illustrée par un bouton de rubus fruticosus, le mûrier dont le fruit -que j’adore-commence à apparaître (Regardez bien !).

le 1

LE 2 > L’eau, l’océan, source de toute vie, remonter aux origines du monde. Ce n’est pas par hasard si j’ai conçu cette enveloppe pour ce 2è jour : « Et Dieu dit : « qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue » Genèse 1 v 6 et 7″. La mythologie chrétienne dont sont issus les calendriers de l’Avent a créé les eaux le 2è jour. Et cette jeune femme nageant dans ces eaux si claires nous ouvre la voie, celle d’un monde à part entière à préserver. J’ai choisi comme contenu un crocus et une pensée de Marc-Aurèle que j’affectionne. Ses « pensées pour moi-même » sont un de mes livres toujours à mon  chevet. J’ai découvert le stoïcisme tardivement et je suis ‘tombée dedans ». Cette philosophie de la liberté intérieure me parle. « La douceur est invincible », j’ose le croire.

le 2

LE 3 > L’humanité dans sa diversité, un paysage urbain, l’Afrique, continent en marge des mondialisations, une femme de dos, sa tête enveloppée de couleurs chatoyantes, tissus joyeux qui chantent la chaleur de cette partie du monde. Elle semble observer, du haut de sa tour d’habitation, le foisonnement de la rue. L’humanité en croissance continue. L’humanité qui ne s’en sortira qu’avec de l’amour, toujours plus d’amour, du partage et des échanges. La pensée contenue dans cette enveloppe vient des périodes antiques. Sénèque, encore un stoïcien, qui nous rappelle combien l’ouverture du cœur est essentielle pour que l’amour puisse s’épanouir. Une pâquerette, cueillie par mon oeil, à l’aube d’un matin lumineux de printemps, illustre cette pensée.

le 3Le 4 > Double message. L’enveloppe invite au secret…mais partagé. « Soyez les seuls à savoir ». Les seuls ? Pluriel d’une communauté partageant un secret. Peut-être celui d’une prise de conscience ? C’est ce à quoi invite la carte qui accompagne ces mots. Gandhi pionnier et un théoricien du satyagraha, de la résistance à l’oppression par la désobéissance civile de masse. Son message est clair, nous ne sommes pas des victimes dans nos choix. Si nous voulons le changement, c’est d’abord par soi-même qu’il faut commencer. Que puis-je faire pour être davantage dans l’ouverture, la bienveillance, l’écoute ? Que puis-je poser comme actes quotidiens pour supprimer souffrance et maltraitance ? Pour œuvrer pour la Terre ?

le 4Le 5 > « La nature ne fait rien en vain » nous dit Aristote. Petits et gros mots détachés de leur contenu, collés pour mon plaisir sur une page de journal. L’âme qui fait vibrer ma conscience dans cette recherche du bonheur, de la joie… Toi(t) d’abord. Où sont nos priorités ? Le toit qui nous abrite…du froid, de l’insécurité. Le toi de l’autre qui peut être mon miroir mais est surtout celui qui m’aide à me grandir et me comprendre. Cette nature active dont parle Aristote entre en connexion avec mon « âme » et chaque paysage que je photographie est un état de cette vibration.

le 5Le 6 > Un cactus, plante grasse ou plante succulente (j’aime bien cet adjectif), c’est-à-dire une plante qui stocke dans ses tissus des réserves de « suc » pour faire face aux longues périodes de sécheresse. Et dans son pot, il est rappelé que ce n’est pas parce qu’elle a besoin de peu de soins qu’il faut la négliger ! La carte montre une ancolie de mon jardin, un moment de printemps. La citation dérobée rappelle que s’ancrer au passé ne sert à rien, c’est l’instant qui compte et qui forge notre avenir. Œuvrons !

le 6Le 7 > Actuellement, au Musée de l’histoire de l’immigration se tient une exposition jusqu’en mai 2016 « pour comprendre le rôle et les enjeux contemporains des frontières dans le monde et retracer les histoires singulières de ceux qui les traversent aujourd’hui ». Sujet ô combien d’actualité ! Dans ce temps de partage et d’ouverture, mes pensées sont tournées vers toute cette humanité en mouvement, déchirée, brutalisée, arrachée de ses racines, en partance, en errance qui traverse des terres hostiles. Ma carte montre le pistil d’une tulipe blanche. J’ai choisi une citation de Jung pour nous rappeler que nous sommes « vivants », notre âme (du latin anima, « souffle, respiration ») désigne le principe vital, immanent ou transcendant, de toute entité douée de vie (animal humain et non humain, végétal). C’est aussi ce souffle de vie qui pousse cette humanité en errance à rester vivante et libre. La Terre n’appartient pas à des pays, c’est une triste illusion que de le croire. C’est un bien commun que nous devons apprendre à partager et à respecter.

le 7Le 8 > Le fantasme, du grec phantasma, apparition. Le fantasme d’une vie aux désirs assouvis pas forcément sexuels. Le fantasme d’une société éveillée et consciente et d’une humanité qui tendrait vers toujours plus de bienveillance, lâchant ses peurs pour entrer dans la CONFIANCE, « la foi en quelque chose ». La carte est sans citation, elle montre un blé de miracle provenant du conservatoire des céréales anciennes de la Ferme aux sept grains de Seebach. « La préservation de la biodiversité est un enjeu majeur de notre siècle. » Des paysans engagés, respectueux de l’environnement œuvrent pour un avenir meilleur. J’ai pu mettre mon regard à la disposition de certains d’entre eux pour chanter ces céréales anciennes. J’ai découvert un univers à part entière, riche, abondant, fantasque.

le 8Le 9 > Une jeune fille songeuse, perdue dans ses pensées. La jeunesse porte l’amour et l’espérance. Tout est « neuf », tout est possible. Cette simplicité est illustrée par un cirse, fleur sauvage et commune qui illumine de ses roses violacées nos champs l’été et une phrase d’André Langevin, dramaturge et romancier québécois du XXè siècle. C’est dans la simplicité que tout est possible.

le 9Le 10 > « Le pouvoir des fleurs », je reprendrai juste quelques paroles de la chanson de Voulzy et Souchon de 1992 : « changer les âmes – changer les cœurs avec des bouquets de fleurs – la guerre au vent – l’amour devant – grâce à des fleurs des champs ». Et je veille à ne plus cueillir ces fleurs, qu’elles aussi aient droit à leur vie. Je n’en fais plus de bouquets, je préfère les garder vivantes dans leur coin de terre. Et j’observe, toujours et encore, les prodiges de Dame Nature. Léonard de Vinci, nous rappelle un précepte bouddhiste « tout est changement ». Observons bien car tout bouge et évolue. Ancrons-nous dans le présent d’une pleine conscience. Ma mûre prend forme sortie de son bouton de fleur. Magique Nature que j’aime.

le 10Le 11 > L’enveloppe choisie se passe de commentaires, j’adore la joie qui se dégage de cet être et j’aime l’univers du noir et blanc. Jaurès illustre la pensée du jour. Effectivement, le changement passe par la conscience et certaines résistances peuvent être vives, elles bousculent  nos fondements, ce que l’on a longtemps cru juste car normé.

le 11Le 12 > Enveloppe créée à partir d’un article de Causette qui pose la question de la misogynie de l’Eglise chrétienne. Ce temps de l’Avent devrait être celui de l’amour sans condition, pour moi cela signifie aussi sans discrimination. Où en sommes-nous de nos questionnements et de ce que nous acceptons, tolérons au nom de traditions qui permettent d’ancrer des discriminations ? Ce lourd questionnement, je l’allège avec ma carte où se pose une feuille en forme de cœur et une citation qui nous invite à aller dans un univers de plus en plus fantasque…et joyeux. Notre univers personnel aux possibilités infinies.

le 12Le 13 > J’ai choisi cette photo pour l’ouverture sur tous les monothéismes. Cette jeune femme adossée à son mur attend, solitaire, quelque chose ou quelqu’un. Observez les tags derrière elle. Ils sont en arabe et expliquent (entre autre) aux femmes comme se défendre contre les agressions. Petit clin d’œil à mon passé de femme battue où, de victime-objet je suis devenue victime-sujet. Là aussi, il m’a fallu une prise de conscience pour m’extraire d’un quotidien que je croyais « normal » et que je perpétuais. La fleur qui accompagne cette enveloppe est une gaillarde, j’aime son nom ! Vous aurez deviné pourquoi 😉 Et effectivement, comme le dit Mauriac, l’essentiel est sur Terre, préservons le, ne courrons pas après la lune.

le 13

Le 14 > Cette enveloppe est constituée d’une page du Causette, parodie d’une période sombre de l’histoire française. Klaus Barbie, a été le chef de la section IV dans les services de la police de sûreté allemande basée à Lyon à partir de 1942. Surnommé « le boucher de Lyon », en fuite durant plus de 40 ans, le nazi a finalement été extradé de Bolivie en France où il a été condamné à perpétuité pour crime contre l’humanité à Lyon en 1987. N’oublions pas l’Histoire et ne perpétuons pas nos erreurs. Nos différences ne doivent pas bâtir des murs mais nous enrichir pour que nos horizons s’ouvrent…à l’infini. C’est un amidonnier noir qui accompagne cette pensée. C’est une des plus anciennes céréales domestiquées par l’humanité au VIIIè millénaire. La nature nourricière qui permet la vie de l’humanité.

le 14Le 15 > Les canons de la beauté qui nourrissent le mal être de milliers d’adolescent.e.s, d’adultes. Accepter ce que l’on est au-delà de l’apparence qui édifie nos codes de conduite. Corps et âme. Être. C’est encore une céréale ancienne qui illustre ce 15è jour, une jolie variété d’épeautre.

le 15Le 16 > Les mots croisés se sont transformés en pensées croisées. Toutes les discriminations s’emmêlent afin de pouvoir les dénoncer toutes, celles concernant l’humain évidemment mais aussi celle qui ouvre une autre dimension qui n’est plus centrée sur notre espèce dominant le monde. Je dénonce le spécisme qui permet à l’animal humain d’exploiter sans retenue et dans d’indescriptibles souffrances les autres animaux dans un formidable consensus de mauvaise foi ou de déni. La citation rappelle que nous nous sommes éloignées de notre intuition et que nous nous sommes déconnectés de la Nature. Loin du cœur frémissant et sexué de cette anémone qui sait où est l’essentiel.

le 16Le 17 > Une enveloppe pleine de mots messages créés à partir d’un instant d’ébullition. S’EXPRIMER. La clef de ce qui nous porte au-dehors de nous. Exprimer son émotion, son ressenti pour entrer dans un temps d’harmonie. Vider ce qui nous angoisse et nous empêche d’avancer. Créer pour ouvrir son avenir et devenir acteur, moteur, de ce qui fait notre substance. C’est l’émotion qui fait le lien avec la carte. J’aime cette photo, c’est une rosa canina, plus connue sous le nom d’églantine, la rose sauvage créée par Dame Nature. J’avais taillé un de mes rosiers en dessous de son point de greffe par inadvertance et, au printemps, un églantier a jailli pour mon plus grand bonheur. Fleur simple, pure et pleine de grâce…sublime.

le 17Le 18 > Le végétal s’approprie les publicités de magazine et s’est plutôt une bonne nouvelle car cela signifie qu’il y a une demande. L’érigéron de la carte postale est accompagné d’une pensée de Darwin qui illustre la publicité Sojade. Changer pour survivre. Changer ses modes alimentaires pour permettre à la Terre de vivre. Nous sommes, individuellement, responsables de nos choix de consommateurs.

le 18Le 19 > J’entre dans le temps des monothéismes et je rappelle que la chrétienté n’a pas le privilège de l’aide aux autres dans ses discours charitables. C’est le fait des religions d’ouvrir à plus d’amour et d’humanité, c’est le discours porté par les monothéismes. Ne pas l’oublier en ces temps bouleversés. Au-delà des monothéismes, c’est de notre conscience d’être de plus en plus ouvert, accueillant, aimant, bienveillant. La citation de Rainer Maria Rilke (poète que j’affectionne et qui a bercé mes heures d’adolescente en quête d’absolu, je lui reste fidèle au-delà des périodes diverses de ma vie) illustre parfaitement mon émotion de ce jour lumineux où les oiseaux chantent et où l’hiver semble loin sauf pour les arbres dénudés. Un muscari accompagne les pensées du poète.

le 19Le 20 > Se tenir la main, avancer ensemble, partager.  Un champ de petit épeautre, ancêtre du blé, celui consommé par les Gaulois, cultivé par Rémi Jung dans le Nord de l’Alsace et une citation qui nous rappelle que tout est possible. L’avenir est entre nos mains.

le 20

Le 21 > Paris ! Mon pari sur l’évolution ! J’ai créé ce calendrier le we des attentats, je ne pouvais pas y glisser un clin d’œil à la ville lumière blessée dans sa joie et ses libertés. Toute cette violence est passée par un processus créateur qui me permet d’évacuer les émotions négatives et les peurs. C’est ainsi que je traverse ce qui me bouleverse. C’est quasi instinctif, une forme de boule d’énergie qui m’habite et que je transforme en un objet ayant du sens pour moi.  Là ce fut la concrétisation du calendrier à accrocher aux murs de chez Vélicious !

le 21Le 22 > « La Terre est la seule amie de l’humain »– proverbe bulgare- à méditer d’où cette enveloppe bulle verte comme un buisson taillé, un nuage amplifié du vert de la Nature qui pose une question : « tout va-t-il bien ? » L’amitié est une valeur précieuse, elle est à préserver, à bichonner, à valoriser…avec une infinie tendresse et une grande ouverture du cœur.

le 22Le 23 > « Et bien Dansons maintenant ! » J’aime danser. Ce mouvement d’expression du corps qui est une libération en soi. Un instant suspendu connecté entre la Terre et l’Univers. Je vous invite à découvrir les chorégraphies pleine de poésie du Monsieur qui illustre mon enveloppe. Le pistil de ma carte postale et la trace floue de la fleur invitent à cette danse. La grâce vient de l’intérieur et de ce mouvement qui nous porte.

le 23 bisLe 24 > Des mains qui se joignent, portées sur le cœur. Ce temps particulier de la lumière courte est inscrit dans le cycle de nos saisons. Ce peu de lumière, la froideur hivernale requièrent notre énergie à puiser dans nos êtres toute la chaleur dont nous avons besoin pour vivre.  Je n’aime pas les fêtes excessives de Noël caractérisées par la surabondance de la consommation, les massacres par milliers d’animaux. Pensées particulières aux canetons broyés vivants pour notre consommation de foie gras, aux enfants exploités par Nestlé-entre autre- pour notre consommation de chocolat, aux animaux maltraités dans les cirques pour faire « rêver » les enfants et les adultes…mais de quels rêves se nourrit-on ? La nature n’a pas besoin de ces excès qui caractérisent l’espèce humaine.  Comme le dit Hegel, elle se suffit. Je vous souhaite un Noël conscient et plein d’amour.

le 24Le 25 > « LE JOUR » ancré par le christianisme. Ce sont les réflexions d’Alice Gombault qui vont me servir de structure pour ce 25. Elle nous dit : « Mon hypothèse est que l’Église catholique a contribué à modeler et à imposer des images du féminin et du masculin qui sont devenues normatives et qui semblent encore « naturelles » à beaucoup. » C’était un excellent article de Causette et j’aime l’idée des nonnes rebelles et des prêtresses féministes. S’il y a bien un temps où nous devons faire évoluer nos consciences c’est bien ce temps des traditions. Tout bouge et ce mouvement fait partie de la vie. La carte qui accompagne l’enveloppe est un pistil de lys. Vous savez ce qu’est le pistil chez une fleur ? C’est son organe reproducteur femelle. Je trouve que c’est un joli clin d’œil de la nature de nous mettre ainsi sous les yeux cet énorme objet de reproduction.  Il est entouré des étamines, les organes mâles, plus modestes face à ce pistil démesuré. Nous sommes dans une photo totalement sexuée (c’est ça aussi que j’aime avec l’univers des fleurs ! Cette sexualité débridée qui met en joie le regard qui s’y pose mais reste invisible à la pensée qui l’accompagne). Et si vous observez bien le pistil de mon lys, il est humide. La citation illustre parfaitement le jeu sexué de Dame Nature.

Voilà, je clos mon calendrier par cette image sexuelle et je vous souhaite à tous  le plein d’amour et de poésie en pleine conscience.

le 25